CHERCHEZ DANS LES ANNONCES : un nom, une date, un lieu, etc.

Les catgories de bouteille  la mer

Messages perso - Et nos yeux se rencontrèrent le 7 février 1991, rue Gay-Lussac à Paris 5ème arrondissement.

Réf: MP017042022

Publié le 17 Avril 2022 à 2h53 par Ysée

Je souhaite retrouver un inconnu croisé fortuitement à un arrêt de bus il y a 31 ans le 7 février 1991 à Paris. C'était en début d'après-midi, entre 13h30 et 15h30 approximativement, au 4 rue Gay-lussac dans le 5ème arrondissement à proximité du RER Luxembourg et du boulevard Saint-Michel. L'arrêt de bus se nomme Luxembourg et correspond aux lignes de bus 27 et 21.

Les bus 27 et 21 partaient de la rue Gay-lussac vers la rue Claude-Bernard, en direction de Porte de Gentilly pour le bus 21 et porte d'Ivry pour le bus 27. J'ignore quel bus cet inconnu attendait. Ce jour là je portais un duffle-coat blanc avec des motifs géométriques colorés, un caleçon noir et des bottines jaunes. Je suis brune et j'avais les cheveux courts à l'époque. Je mesure 1m58. Ce jeune homme portait une veste blanche ou beige, un jeans il me semble et avait un sac en cuir qu'il avait posé au sol en s'adossant à l'arrêt du bus. Il était brun, ses yeux devaient être marron. Cette rencontre fugace se fit uniquement par un échange de regards car nous n'avons pas eu le temps de nous parler. Ce jeune homme âgé d'environ 24 ou 25 ans à cette époque a éprouvé une intense émotion lorsque nos yeux se sont croisés. J'avais 25 ans en 1991. Il a ouvert et tendu ses bras vers moi, son regard s'est "éclairé" comme s'il s'agissait d'une reconnaissance pour lui. Nous n'étions pas côte à côte mais distants de quelques mètres.

Sur le moment, j'ai été très intimidée et j'ai détourné le regard en esquissant un sourire puis je n'ai plus osé regarder dans sa direction. Il a dû penser que je ne m'intéressais pas à lui et que son attitude incongrue m'importunait. A ce moment une amie a surgi brusquement du RER, le bus 27 est arrivé et rejoignant mon amie je suis montée immédiatement dans le bus sans donner une chance à cet inconnu de m'adresser la parole. J'étais extrêmement intimidée et j'ai eu une attitude de fuite que je regrette amèrement. J'ignore si cet inconnu est monté dans le même bus que moi ou s'il attendait l'autre bus, le 21. Quelques semaines plus tard, j'ai pris conscience que j'avais peut-être ce jour là manqué une rencontre importante pour moi.
Environ 8 mois après cette "rencontre râtée", à la fin de l'année 1991, j'ai effectué des recherches en fréquentant régulièrement le quartier latin pour tenter de retrouver cet inconnu. J'ai supposé qu'il était étudiant à la Sorbonne, je suis même allée à l'université de Creteil imaginant qu'une des lignes de bus qu'il avait empruntée ce 7 février 1991 en direction du sud de Paris le menait vers cette université. En vain ! Beaucoup de suppositions et aucun indice concret, peut-être était-il de passage et non un habitué de cette ligne de bus.

Par la suite, les années passant, je n'ai vécu aucune situation semblable et c'est pourquoi cette "rencontre-coup de foudre" possède à mes yeux un caractère exceptionnel. Il m'est impossible d'oublier cette scène qui n'a duré que quelques secondes mais qui continue d'avoir une influence psychologique dans ma vie et qui me "hante".Je précise que je ne suis pas parisienne bien que cette "rencontre" se soit déroulée à Paris. Aujourd'hui j'aimerais retrouver cette personne pour avoir des réponses à mes interrogations et faire réellement sa connaissance à condition toutefois que cet inconnu se reconnaisse et souhaite également savoir qui je suis. Ne connaissant ni son nom ni son prénom, je suis consciente que ma recherche risque d'être compliquée mais je veux croire à la chance. Aujourd'hui j'ai 56 ans et cet homme doit avoir à peu près le même âge que moi, entre 53 et 56 ans.
André Breton a écrit dans l'Amour Fou: "Et pourtant pour chacun la promesse de toute heure à venir contient tout le secret de la vie, en puissance de se révéler un jour occasionnellement dans un autre être." "Aujourd'hui encore je n'attends rien que de ma seule disponibilité, que de cette soif d'errer à la rencontre de tout, dont je m'assure qu'elle me maintient en communication mystérieuse avec les autres êtres disponibles, comme si nous étions appelés à nous réunir soudain;"

Suivre cette annonce

Réponse(s) à | Et nos yeux se rencontrèrent le 7 février 1991, rue Gay-Lussac à Paris 5ème arrondissement.

Répondre à - Et nos yeux se rencontrèrent le 7 février 1991, rue Gay-Lussac à Paris 5ème arrondissement.

Pour utiliser toutes nos fonctionnalités :