Messages perso

Rien que des mots

Réf: MP009112019

Publié le 09 Novembre 2019 à 11h49 par Personne

Pour toi qui est presente au quotidien.
Qui rends mes jours plus supportable.
Qui me donne envie de continuer.

Tu ne liras jamais ces mots que j'ai souvent voulu te dire.
Tu ne sauras jamais je que je peux penser de toi.
Que tu es la raison qui me pousse à devenir meilleur chaque jours.
Qui me fait croire que l'être humain est capable du meilleure.
Celle pour qui je pourrais accomplir le plus prodigieux des miracles et le plus audieux des crimes.
Je voudrais passer le reste de ma vie à essayer de te rendre heureuse, te faire decouvrir le monde et ses merveilles.
Malheureusement cela ne sera jamais possible et jamais tu ne liras ces mots.
Jamais tu ne comprendras l'importance que tu as pour moi.
Et c'est sans doute mieux pour toi comme ça.

Pardon

Réf: MP103112019

Publié le 03 Novembre 2019 à 18h04 par Titi195716

Je voulais te dire à quel point tu me manques te dire que je n'ai pas su t'aimer et que je regrette de t'avoir quitté Nadette j'aimerais tellement que tu m'appelles je pense a toi chaque seconde
Thierry

recherche photo

Réf: MP101112019

Publié le 01 Novembre 2019 à 16h22 par zen

Bonjour
Je recherche,j'ai bien conscience que la réponse à ma quete est bien improbable,mais bon !je recherche donc la photo me représentant avec mon fils âgé de 9 mois à 1 an et demi dans les bras sur le ferry nous emmenant aux Iles de Lérins en face de Cannes par une dame japonnaise.....cette photo doit exister quelque part au Japon ,pays que je rêve de visiter !merci!

Caroline

Réf: MP130102019

Publié le 30 Octobre 2019 à 22h00 par Ricounet

Bonjour, sait-on jamais, je cherche Caroline, qui travaillait en 2000-2001 à la Mairie de Saint Brice Sous Foret (95), qui a participé à la mise en oeuvre du poste de police local. Puis tu as eu une mutation dans le 93, ce qui a mis fin à notre relation. Eric

Recherche Jean-pierre PRIETO ou PERRIATO d Albi

Réf: AR218092013

Publié le 18 Septembre 2013 à 9h43 par severine

Tu étais le meilleur ami de Martine en 1970,rue de jarlard, bd Montebello, grand moustachu, soirée entre jeunes du côté de graulhet,Zézé, Paula...Je t en prie, contacte moi,je suis Séverine,la fille ainée de Martine, tu m a sans doute connue bébé.Merci.

TROUVER MON FRERE JUMEAU

Réf: MP113102019

Publié le 13 Octobre 2019 à 20h18 par MARIEANGE

BONSOIR JE VEUX CONNAITRE MON FRERE JUMEAU NOTRE DATE DE NAISSANCE EST LE 27/02/1967 A SAINT SI MON FRERE JUMEAU VOIR MON MESSAGE JE VEUX QUIL ME PRENDRE CONTACT PAR LE BIER DE CETTE ASSOCIATION UNE BOUTEILLE A LA MER POUR QUIL AURA MON IDENTITE MERCIE MARIE ANGE

Tic manque à Tac

Réf: MP310092019

Publié le 10 Septembre 2019 à 18h52 par Ton ptit coeur

J'étais ton ptit coeur. Nous étions tic et tac. Nous étions tellement semblables ! Plus le temps passe et plus je me dis que nous deux c'était une évidence... Je regarde sans cesse en arrière pleine de regrets et de remords. Je t'ai quitté il y a 6 ans. Je sais bien que tu as été terriblement malheureux, ce n'était pas le but, crois moi. Je n'avais pas fait le deuil de mon divorce, le boulot n'allait pas, je me sentais étouffée. Je sais que tu as fait le choix de m'oublier pour ne plus souffrir mais je lance cette bouteille à la mer... Si tu venais à lire ce message et à te reconnaître... pardonne moi. J'aimerais tant avoir de tes nouvelles, savoir si tes projets ont vu le jour, ce que tu deviens... Gérald, tu me manques.

Voilà c est fini

Réf: MP126092019

Publié le 26 Septembre 2019 à 21h49 par Eva 78

Voilà je viens de recevoir une réponse à
Mon Courrier du CNAOP...... RAS RIEN DE RIEN DE RIEN ..... ma maman la vraie celle qui m’a adoptee est décédée le 31 août et je reçois une semaine après une lettre me disant que celle qui m’a « faite «  n’a rien laissé ..... j’ai envie de vous dire : c est ça la Vie faut se débrouiller seule et après le décès de ma mère si on avait retrouvé une femme jamais je n’aurai pu la rencontrer . La vie est finalement bien faite

A mon amour de toujours

Réf: MP111092018

Publié le 11 Septembre 2018 à 16h41 par Jasmyna

A, Je t’écris ces quelques mots car j’ai besoin de te dire certaines choses que je n’ai jamais pu te dire, que je garde en moi, ce qui m’empêche d’avancer … et peut être aussi dans l'espoir que tu lises ces mots.

Je ne te cache pas que tu occupes encore beaucoup mes pensées… peut être parce que je ne t’ai pas tout dit ou tout simplement parce que quoiqu’il arrive, il y aura toujours dans mon cœur une place pour toi. Ce que je ressens pour toi je ne l’ai ressenti pour personne d’autre et je sais que j’aurais beaucoup de mal à trouver quelqu’un pour qui je ressentirai la même chose : cette osmose parfaite, comme une évidence entre nous … je pense que peu de personnes peuvent se vanter d’avoir vécu une relation aussi fusionnelle, passionnelle avec quelqu’un, et ce quand bien même paradoxalement ça m’aura fait beaucoup souffrir et ça m’aura fait perdre le peu d’estime de moi qu’il me restait…. Quelle sensation horrible de ne pas se sentir assez bien pour la personne qu’on désire plus que tout…Mais bon je n’ai pas de regret à avoir…. J’aurais essayé… J’y ai cru…. Et durant ces 7 ans j’ai continué à y croire…. Mais j’ai fini par accepter l’évidence ... J’ai pensé plus d’une fois à partir à l’autre bout du monde pour essayer de t’oublier tellement cette relation me torturait et m’empêchait d’aller de l’avant … mais je sais que ça n’aurait rien changé… je t’ai dans la peau et ça je ne peux rien y faire…

J’ai très vite compris qu’il était dans mon intérêt de me protéger et de prendre mes distances …. Et quand bien même j’essayais de me protéger les blessures sont là.

Ce que j’ai vécu avec toi c’était mieux que tout ce que j’aurais pu imaginer vivre un jour. Je jette cette bouteille à la mer car je tenais surtout à te faire ces « adieux » pour pouvoir enfin avancer et je l’espère t’oublier, arrêtais de me torturer, arrêtais de penser à notre histoire chaque fois que j’entendrai certaines chansons, et tourner définitivement cette page pour en recommencer une autre.

Le poids de l'amour

Réf: MP206092019

Publié le 06 Septembre 2019 à 13h59 par Lemessager

Il est des erreurs que nous oublions facilement. D'autres qui nous marquent pour nous éviter un éternel recommencement. Puis il y a celles qui ne guérissent jamais. C'est pour tenter de t'oublier que j'écris aujourd'hui, ou peut-être... peut-être suis-je encore dans l'erreur, refusant de reconnaître un espoir qui jamais ne s'éteindra. J'étais pourtant jeune le jour ou mon regard se plongea dans le tiens. Te rappels-tu de notre premier contact ? Il aura fallu que cette ami commun au prénom rendu célèbre par un film, m'aide à t'adresser un poème emplit d'exotisme rappelant la saveur de l'ovomaltine et l'énergie d'une pile alcaline... Oui, il fallait bien trouver des rimes en "ine" pour rendre l'echo à ton prénom et je n'avais guère en tête que chocolatine... Pourtant, malgré ce SMS n'ayant pour lui que son originalité, tu m'as répondu... Je ne saurai me rappeler du nombre d'échanges qui s'en suivit... Seulement de mes allusions à ta veste blanche sous le nom de "manteau de l'hiver"... 10 ans plus tard, winter is coming... J'aurais pu être une star, mais j'aimerai juste être TA star... Parmi tous mes défauts, tu as su voir l'étincelle que tu pensais être éternelle. Pendant que moi je nourrissais un feu intraitable sans même prendre conscience de son intensité... Je me rappel de tant de choses... 10 ans plus tard... Alors qu'aujourd'hui je peine à me rappeler de la semaine dernière... Te souviens tu de ta façon de t'émerveiller de toute scène colorée offerte par la nature ? "Ce dégradé de couleur, c'est tellement beau!" disais-tu, à chaque fois... L'océan, un arc-en-ciel, un coucher de soleil, les montagnes... Il faut dire que le pays basque nous gratifie chaque jour de merveilles ! Mais rien n'était comparable au feu d'artifice que tu animais en moi. Un soir, tu as emboutis ma voiture... Enfin, celle de mes parents. Tu avais tellement peur d'annoncer à tes parents que tu avais accidentellement abîmé leur voiture, cette belle clio verte, en rentrant dans la mienne... Pendant que moi je saisissais cette énième occasion pour te serrer dans mes bras et te dire "ne t'inquiète pas, ça va aller!" Peu de temps après, nous sommes devenu de jeunes adultes. Loin de chez nous en ville de bordeaux, on construisait notre vie ensemble, rythmée par ma remarquable capacité à inventer des excuses pour sécher les cours, qui n'avait d'égale que ton assiduité à réviser les tiens. Bien sûre, tu iras bien plus loin que moi, mais ce n'est pas de cette bêtise dont je veux parler aujourd'hui... Rappels-toi cette nuit ou tu étais malade... Je n'eu rien de mieux à répondre que "mais c'est dans ta tête les maux de ventre !" ... J'étais bien bête... Mais tellement amoureux... Sur ton fidèle destrier (ta trottinette) je traversa les quartiers jusqu'à ton appartement pour te récupérer des médicaments, à 4h du matin, et revenir te les donner... J'aimerai tant pouvoir continuer à veiller sur toi ainsi... Le temps est passé, mon amour a grandit, mais ma connerie aussi... Alors que je t'aimais de plus en plus, mes yeux eux ne voyaient pas cela, et étaient encore moins disposés à écouter mon coeur... Faisant fit d'assumer ma décision, je t'ai laissé, je t'ai vexé, je t'ai brisé, je n'ai su m'expliquer, j'ai cru qu'il me fallait un nouvel air... Il y avait pourtant des signes évidents que je n'aurais jamais du t'abandonner, mais je pensais qu'il me fallait m'éloigner pour oublier... On y est, à cette fameuse erreur, irréparable... 10 ans après, rien n'a évolué... Si ce n'est que je ne peux surmonter ce mauvais choix, la plus grosse erreur de ma vie, la seule que je n'ai su et ne saurai surmonter... Pourtant, je suis agile, je m'adapte à bien des choses, mais visiblement pas à ça. Depuis, pendant que je consacre mes nuits à d'innombrables insomnies, faisant mine que je ne sais pas pourquoi je ne dors pas, et profitant de celles ou je dors pour ne rêver que de toi... De ton côté, tu as refais ta vie. Et heureusement ! Si en plus de mon malêtre j'avais du constater le tiens, l'erreur aurait été bien plus insupportable... Non pas qu'elle le soit... Incapable de trouver le courage de te contacter, 10 ans après... Quelle situation ridicule cela ferait, alors que toi, tu m'as probablement oublié... J'aurais souhaité lancer une bouteille dans l'océan depuis la côte basque, hélas j'en suis bien loin aujourd'hui. La dernière chose dont j'ai envie, c'est te faire du mal encore une fois. Je préfère te regarder secrètement via les réseau sociaux, te voir refaire ta vie, te voir avancer, te voir être heureuse, plutôt que tenter de te dire tout cela et risquer de chambouler ton quotidien... Alors voila, je jette cette bouteille virtuelle avec l'espoir que d'écrire ces mots me décharge d'un poids que j'ai du mal à porter... Un poids que j'avais sous-estimé car à l'époque ou on le sentais nous avions toi et moi de puissantes ailes pour l'assumer. Je me suis coupé les ailes, mais n'ai hélas, jamais pu oublier la sensation que c'était de voler à tes côtés... Vie ta vie, sois heureuse. Quoi que je fasse et ou que j'aille, tu es l'amour que je n'ai pas su reconnaître à temps. Pour tout ce que j'ai pu faire, je te demande pardon. Pour tout ce que je n'ai pas su faire, je te demande pardon. J'aimerais tant que tu saches que je n'ai jamais cessé de t'aimer... Et en même temps, je souhaiterai tellement que rien ne change dans ta vie si ce n'est pour te rendre encore plus heureuse... Big data, océan de données, si tu as le pouvoir de dématérialiser cet amour qui me pèse tant, je te prie de faire ton oeuvre... Dans le cas contraire engloutis ce message et sois-en le gardien, protège mon amour et quand j'écris cela, je ne parle pas de mes sentiments... Veille sur elle !

[1] | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 Next »